Punch

Punch – Serie d’Oro n°2 EL 2013

images
Un Punch format Pyramide, avec un Cepo qui ne fait pas penser à une opération douteuse dans une clinique esthétique, forcémment ça attire l’oeil. Avec les arômes épicés Punch, on ne peut s’attendre qu’à un bon cigare, arômatique, dans un format prisé par les amateurs.

Déjà, malgré sa jeunesse, il a un côté « vieux », un peu « gueule cassée » avec sa cape vieillie, et j’avoue être un peu déçu du remplissage : je le trouve un poil mou. Je crains le tirage cheminé d’ailleurs. Ca commence pas top.

Il sent principalement le cuir, qu’on retrouve sur ces EL avec une cape vieillie, et surtout à cru, on ne retrouve pas vraiment le côté frais du Punch Punch, fruité et épicé.
 
J’ai ouvert à l’emporte piéce, comme l’ami Pascal recommande de toujours ouvrir les torpedos. Je sais c’est potache, mais je me marre à chaque fois que je le vois un torpedo à la main demander un emporte piéce super sérieusement à quelqu’un. Plaisir simple.

Je l’ouvre faiblement, de peur de me retrouver avec une cheminée cubaine qui déclencherai l’alarme incendie, et j’allume. Ca se confirme : ca ventile.

Le premier centimètre confirme même tout : les problèmes de combustion, le tirage pas top.
Niveau arômes, il n’y a pas la richesse d’un RS 11 ou d’un Punch Punch, plutôt une version plus faible de l’arôme punch, et plus poivrée. Avec le tirage cheminé, ce n’est d’ailleurs pas très agréable, voir un peu asséchant.

La première impression que me donne ce cigare est simple : c’est brouillon. Mauvaise combustion, remplissage approximatif, et arômes brouillons.

Ca tombe bien, j’ai un Lynch Moussa qui n’attend que ça :-), et bizarrement, c’est une des premières fois qu’un Bordeau vient à la rescousse d’un cubain : le vin semble ordonner le cigare. La doucer médocaine qui vient assagir la fougue cubaine. Bizarrement, l’alliance fonctionne bien.

A 2cml (oui !) je dégaze, et là j’assiste au plus long dégazage prématuré de ma vie de fumeur de cigare. Impressionnant.

Verdict : il n’est pas brouillon, il n’est pas fini. Il le sera après un bonne année (et encore) de conservation, pour ceux qui peuvent conserver dans des conditions optimales et qui ont envie de prendre le pari.

J’ai envie de dire : encore une EL qui ne tient pas son rang.

Ce cigare, représente une vision que je trouve assez illogique de l’EL :
L’EL est censée représenter le top du cigare, des cigares roulés avec une attention particuliére ou du moins une philosophie opposée à la production courante. Aujourd’hui, on se retrouve avec du cigare patrimonial, il faut acheter la bague et la boite, et peu importe la qualité. On joue au petit collectionneur.
Ce cigare est décevant. En tant que fumeur, pas collectionneur ou amateur de rareté, juste en tant que mec lambda qui aime fumer le cigare, celui là n’a aucune qualité particuliére. Rien que ne puissent déjà m’offrir les cigares de production courante, qui en plus eux sont fumables immédiatement.

Faut pas jeter non plus le bébé avec l’eau du bain, on est loin des oeuvres d’art de Maya Selva ou d’un Rocky Patel, ça reste un cigare cubain de bonne facture, mais qui ne tient pas sa place. On attend plus, et me concernant c’est une déception.

Cependant, c’est peu évolutif, très brouillon et trés cher. (pour ce que c’est).

Punch – Sir John ER Allemania 2012

Punch_Sir_John_cigar_full_0

Passé mon orgasme avec le RS 11, j’ai tenté et testé ce robusto – hermoso N°4 de la marque Punch. Punch me fait automatiquement penser à une saveur épicée, très arômatique. Je suis très amateur de ces cigares, qui pour moi délivrent toujours une grande qualité arômatique, tout en demeurant d’une puissance raisonnable.
Cet hermoso est beau, bien roulé, avec un remplissage correct, voir un peu ferme quand je le palpe. La cape a un côté vieillie et un peu nervurée, mais il a la gueule d’un bon Punch (un peu maduro, un peu grassouille et surtout diablement odorant de cuir et de réglisse ).
A l’allumage, les premières bouffées sont un peu légéres, sans vraie tenue, mais l’arôme Punch est là, avec une couche poivré qui arrive vite. On reste dans le registre de la marque,sans grande cérémonie, avec bizarrement plus de rusticité que les gorda qui m’ont tant plu ces derniers temps. La première pensée que j’ai eu c’est « un Punch honnête », quelques minutes plus tard c’est devenu « un Punch avec des poils ».
L’animal est velu, il dégage du jus et de la puissance. Ce n’est pas désagréable, mais j’ai trouvé que la puissance se confronte aux saveurs plus qu’elle ne les compléte. Toutefois, l’expérience n’est pas inintéressante.
Le seul défaut de cela est que la puissance rend le cigare linéaire, on perçoit peu les variations d’arôme et sur le dernier tiers, bien que délicieux, un dégazage est nécessaire pour calmer les ardeurs du sir.
Un avis assez mitigé, je ne sais pas quoi en penser, mais je reste sur une nette préférence du Punch Punch sur la gamme, ou sur un robusto Por Larranaga pour rester dans le même style.