Ashton

Ashton – VSG Wizard

ashton_wiz

J’avais déjà abordé cette gamme sympathique avec deux modules qui sont dans un registre que j’affectionne particulièrement : le torpedo. Je trouve les ashton VSG Torpedo et belicosos particulièrement sympathiques, avec un arôme chocolaté, qui se termine sur un registre mentholé et réglisse que j’aime et qui ont une typicité dominicaine.

Le Wizard est un module un peu à part, un peu plus long et épais qu’un gordito, un bon grobusto. Le cepo est supérieur de 3 mm au torpédo, il est plus court. Comparé au torpédo je me suis donc attendu à un démarrage plus doux, plus ventilé mais à un entrée en matière plus rapide – le torpedo est un peu pépère !

Comme les modules de la gamme, jolie finition, maduro / obscuro, un peu rustique, joliment nervuré, mais très souple – Je crains le problème de remplissage.

Ouvert à l’emporte pièce, c’est un cheminée, la ventilation est trop importante.Et l’allumage confirme. On trouve l’arôme VSG, mais un peu timoré et comme délayé dans un tirage bien trop ouvert…C’est là mais c’est une formule un, il y a de la fumée, mais sans rondeur, sans mâche, bref me concernant le premier tiers s’est borné à consumer du tabac, pas désagréable, mais sans goût particulier. C’est doux, suave, mais tellement court que je ne trouve pas de plaisir.

La combustion est chaotique et demande un rattrapage constant. J’ai fumé la première moitié en 15 minutes tellement l’absence de remplissage et le chaos de la combustion sont perturbants. Le cepo est un peu trop gros vu le tirage, bref, c’est inconfortable et je ne prends pas beaucoup de plaisir.Les arômes n’évoluent pas si ce n’est du poivre, mais c’est tellement brouillon que je ne sais pas si c’est le cigare qui évolue ou si il est temps de dégazer. Bref, je dégaze, un magnifique chalumeau de 20 secondes, qui ne m’amène… rien…. »Le plat pays qui est le mien ».

Triste fuma, je m’attendais à un cigare de qualité, j’ai fumé un cigare mal roulé, mal pensé – Et en vérifiant , je me suis rendu compte que les Wizard qui me restent semblent identiques; une baudruche faite cigare. J’ai vérifié l’humidité de ma cave à dominicain : non !  Tout est nickel. C’est bien le cigare le probléme. Au tarif piéce – car le Ashton VSG est censé être le haut de gamme dominicain, c’est une honte. De guerre lasse j’abandonne.

Un moment à oublier, et un module à oublier aussi.

Ashton VSG – Torpedo

vsgTorpedoAshton
Bien que je sois très amateur des cigares Fuente, cet amour à toujours été un peu irrationnel : après tout, c’est ma première fois !

J’ai donc un jour entrepris de regarder (et surtout fumer 🙂 ) ce qui existait dans les même registres / même terroirs.

Le St Do et par extension tous les terroirs non-cubains sont un véritable champ de mines car destinés principalement au marché nord américain, énorme, et pas obligatoirement très à cheval sur la qualité finale de la vitole, ou pour faire du pulpfictionisme, d’un système métrique « particulier ».

J’avoue que ce cigare m’a toujours superficiellement séduit : une très belle cape, grasse, sombre, une belle taile, une jolie bague. Quoi qu’en conclue la dégustation, on a vraiment l’impression d’un produit haut de gamme, fini, Il fait plaisir à toucher, à regarder, et ils sent un mélange de tabac, réglisse et cuir. Il fait envie.

Tout respire le bon cigare : un tirage à cru qui s’annonce plutôt cubain, un peu terreux et chocolaté, bref, un St Domingue bien léché.

Le premier tiers est très déroutant, car de tous ceux que j’ai fumé, il s’est avéré que le premier tiers est légérement ennuyeux, il prend du temps à se mettre en place et les arômes sont trop discrets.La combustion n’est pas toujours non plus très réguliéres, et demande souvent de petits « rattrapages ». Le tirage est un peu étroit aussi.

Au second tiers, il s’ouvre d’un coup, et devient là vraiment très agréable et très fin :  de la terre, du poivre, du chocolat, et du végétal, le tout avec un petit pointe d’amertume. Et ça devient carrèment sympa à partir du second tiers, mais relativement linéaire jusqu’à la fin. A noter que le tirage devient plus aisé, plus ample, la fumée est bien plus abondante et agréable.

Dans les particularité de ce cigare, il y a le taux d’humidité qui – comme d’ailleurs sur les Fuente, on sent la patte ! – doit être bien plus élevées que les cubains. Ce cigare nécessite une hygrométrie supérieure à 75% voir proche des 80%.

Ce cigare se révéle être une « histoire qui se termine bien », mais le démarrage est très décevant malgrè tout. Finalement, le format Torpedo n’est pas le plus adapté. Et la coupe de la tête n’y change pas grand chose.

C’est une gamme qui se doit d’être découverte, mais – et j’y reviendrais plus tard – les modules de plus petite dimension sont souvent plus sympas.