Épitaphes du fumeur de cigares

Le patron a décidé maintenant il est temps de faire fortune avec ce site…

Et pour faire du flux parmi la difficile population des fumeurs de cigares, il faut proposer du service…..

Voilà donc l’objet de cet article à forte connotation commerciale …vous proposer un service totalement inédit de vente d’épitaphes pour fumeurs de cigares….quoi de plus fascinant pour toi, lecteur, que de savoir que dans ta dernière demeure tu pourras laisser une trace de ta passion tabagique qui t’as coûté tant de temps et d’argent…voire t’auras conduit directement en dans la voie sans issue dans laquelle malheureusement nous finirons pour de bon….

Voilà donc nos propositions d’épitaphes toutes à la vente….alors, lecteur, ne te trompe pas sur ton choix car c’est pour longtemps qu’il sera inscrit sur ta pierre tombale.

L’épitaphe hommage à ta marque favorite

Je suis passé de Cohiba à cul en bas ;

Montecristo, descente critique ;

Un havane, une avanie

Un partagas ou je pars en gaz ;

Hoyo m’a enterré.

L’épitaphe poétique

A peine allumée et déjà consumée

La vie est un cigare mal roulé

Elle commence entre les cuisses de sa mère

Et se termine sur une note amère.

La cape donne la couleur pas la teneur

Pour trouver dans l’homme le meilleur

Il faut comme le cigare aller à l’intérieur.

Les épitaphes tragiques

J’ai beaucoup fumé de Romeo & Julieta et pour moi aussi ça s’est fini en tragédie ;

Churchill a laissé un module, j’y ai laissé des nodules ;

Le tabac t’abats…un puro puis rien

Les épitaphes philosophiques

S’en aller en fumée des pieds à la tête, voilà le sort du cigare et de celui qui le tête ;

La vie c’est comme une boîte de chocolats, on sait jamais sur quoi on va tomber…et si c’était une boîte à cigares ? bein c’est pareil sauf qu’elle est humidifiée;

Des pieds, des têtes, des tripes….que de points commun entre le cigare et son propriétaire sauf qu’une fois éteint le dernier ne se rallume point.

Ma vie et mon cigare auront eu la même évolution…le premier tiers le plus vigoureux le plus fier, le deuxième tiers le plus goûteux le plus prospère, le troisième tiers le plus terreux le plus délétère !

Épitaphe du rappeur

Yo, chek that, dans le ghetto la voie est toute tracée;

On va bicrave de la beuh

Galérer pour se faire des eus

Puis le caïd te dit « viens on va voler »

Va y qu’est-ce qu’on va fomenter ?

Enlever un rabbin, wesh c’est sur y ont du blé

Braquer un resto chinois ça reviens pas au même.

Y t’baisent en refilant du pâté d’chien ou un vieux sac de nems

Vas y cousin on va s’faire un buraliste

Après on conduira des cadillacs sur la côte East

Les poches pleines de blé, le cigare au bec

Pendant que les bitchs rouleront leurs culs sur nos têtes

Sauf que le bougnat du coin c’était un ruskoff

Y nous a cueilli à froid à la kalachnikof

Tatatata…des trous dans les tripes des balles dans la teuté

Et c’est en dégueulant du sang qu’on est allé crever

La morale de cette histoire de rap

C’est que si tu veux jouer les gangstas ou les p’tites frappes

T’as pas intérêt à te tromper de boutique mec

Les marchands de cigares c’est des bonhommes pas des pt’ites lopettes

Et bien lecteur as tu fait ton choix ? Sinon prends ton temps, réfléchis mais souviens-toi que l’épitaphe est un luxe qu’on ne se paye qu’une fois.

Vega Robaina – Unicos, la radioactivité strike back

Vega Robaina Unicos, cadeau d’Eric dit le shumacher de la garrigue, le faster des go fasts andorran, dit aussi bouge ton cul de la voie du milieu.

Le king de la manette (ndlr : raccourci sudiste désignant un demi-tour, image issue de ‘tirer la manette’) est aussi un assidu lecteur (oui ça semble exister) de ce blog, et avec un autre Ludo dit patte folle, dit le poinçonneur du pas de la cas, dit l’homme qui marchait avec ses bras, sont deux lecteurs que j’ai rencontré un peu au hasard de la vraie vie.

Heureusement ils sont sympathiques, j’aurai été gêné (quoique…) qu’un odieux connard me lise.

D’ailleurs je ne me relis jamais – je me sentirai obliger d’inviter le dit connard à visiter d’autres lectures, comme Martine aime la bite ou encore petit ours brun découvre la sexualité ou le blog  de Ker Mc Gwalch. (Uniquement à lire si la précision suisse sur le minutage du fumage à un intérêt, ou pour les contre plongées flashées au bord du lavabo).

Je suis odieux de vulgarité parfois, mais c’est un peu comme être excessif de la liberté d’expression : c’est jouissif.

Il est précisément important de comprendre que j’aime le parler viril, comme le dirait Lugan mais probablement avec une autre classe ; que je n’ai pas. Qu’il m’excuse de cet emprunt.

Les avis mous, la gentillesse débordante c’est le début du fascisme intellectuel. Il ne faut plus penser mais subir et accepter pour que tout le monde vive un nouvele âge reminiscent – Avec la fucking bague de skippy.

Il est végétal dès les premières bouffées, généreux opulent et crémeux. J’adore le module. Jusqu’aux premier centimétres il est d’une douceur rare, mais d’un seul coup il se fait plus corsé et plus torréfié.

Les esprits sensibles devraient s’arrêter là.

On ne s’insurge plus et de ce silence n’émerge que des idées extrêmes, des poseurs de bombe, des tueurs d’enfants – Ou la encore le bel esprit s’émeut 2 jours avant qu’on tue un lion avant de retourner se battre sur les équipes de foot. 

Le monde est un noble à la cours du roi louis XII. Bien qu’il soit noble, il préférait le maquillage à la douche, et quoi qu’on en pense ou dise, l’absence de débat ou de possibilité de donner des avis sur des sujets aussi ridicules pour l’humanité que le cigare prouve un niveau descendant. Le paraitre est supérieur en tout point à l’être.

La réalité de tout ça est que le bien-pensant marche en meute comme les hyènes. Elles ricanent de leurs pseudo bon mots, souvent écrits avec des fautes dans un style ampoulé et à la légèreté d’un haltère dans un club de body building. Ils ne pensent pas ; l’effort est impossible. Ils corrigent ; ils annotent ; ils mégottent. – Pire ils jugent. Juger sans réfléchir ; c’est bien là la vraie signature de l’insignifiance.

Avec ses copines les hyènes, ils se jettent sur toutes les idées pour les massacrer d’une bonne morale.

Ils la vomissent comme un ivrogne après une bouteille de mauvais antigel.

                C’est alors que s’ouvre un monde d’empyreumatique, teinté de végétal, quelques notes de poivre, une fin Wagnerienne, pire qu’un orgasme féminin. C’est quasi violent, c’est le stanley kubrik du cigare. Brutal mais tout en suggestion et en arômes.

                Les esprits sensibles sont partis – et tant mieux !

Des hyènes d’un tel creux et d’une telle capacité à se répéter qu’on en croirait que le monde fonctionne bien. Chaque mot étant l’excuse du précèdent, comme un grand disclaimer voué à dire qu’il est important de ne surtout pas penser et exprimer, il qu’il faut de tout pour faire un monde.

Et puis encore pire sur des réseaux sociaux, où finalement paraitre est la seule option. Etre est compliqué, même si le cigare avec ses petites feuilles est finalement un grand liant. 

Alors on like ou on ferme sa gueule. Adieu la joute verbale, adieu la virilité, voilà venu le monde selon Martin Bouygues, ces putains d’enfant de la télé.  

Eux ne critiquent pas par peur du procès commercial, ils ont fait le tour de force d’en faire un courant de pensée. Ne réfléchis pas – surtout pas.

Moi je vous crache mon Bukowsky a la tronche, vous le méritez. Il y a des femmes moches, des gens cons, des poivrots, des gros qui se branlent devant du porno, des pauvres qui font des crédits pour payer leurs impots, des racistes, des antisémites, des djihadistes. L’industrie du cul, derrière les armes est une des plus rentables. 

Tous les jours des filles se font sodomiser pour que des hommes mariés se finissent au kleenex pendant que leur femme dort seule bourrée de ses pilules magiques pour dormir et pour maigrir, des homosexuels se font tabasser juste pour le principe d’être, des  enfants sont abandonnés, si pas violés. Et pourquoi tout ça se produit ? Parce que la nature humaine n’est pas la tolérance, n’est pas l’acceptation. Parce que notre monde vénère l’argent et se fout du reste. Tout est à vendre, et surtout vos culs bandes de bitch.

Wake up, vous n’étes pas des guerriers de la tolérance, vous êtes juste les couilles molles qui subissent et la liberté d’expression que vous galvaudez à chaque fois que votre claque merde s’entrouvre, c’est juste votre excuse pour fermer les yeux et jouir de votre petit confort. 

Alors comme c’est un droit que ces gens m’octroient, j’ai décidé de ne pas vous aimer et de vous le dire.

 Avec agressivité et virulence, parce que j’aime ça. J’aime choquer, et comme disait une grande femme inconnue, à quoi servirait l’art s’il ne choquait pas, c’est pareil pour l’expression? Précisément, il faut choquer pour inviter à la réflexion, plutôt que de s’assoir sur le rivage et de peindre la mer.

Alors allez récupérer vos burnes dans le tiroir du haut ou demandez la clef à maman, et ayez des avis – qui sait vous pourriez changer les choses. 

Arrêtez de faire les sissy soumises à la saillie. 

Arrêtez deux secondes quand vous écrivez de vous faire passer pour ce héraut de la justice et la morale que vous ne serez jamais, arrêtez vos leçons d’exemplarité. 

On s’en tamponne. Pire même ; ça nous diverti autant qu’une discussion philosophique avec Franck Dubosc.

Au terme de cette saillie que j’ai adoré écrire, je suppose que tu me détestes si tu te sens concerné. Te voilà face au même diktat. 

Je t’explose au visage mon refus de ne pas juger, ne pas avoir d’idée et de pouvoir m’exprimer d’une violence aussi forte que tu te donnes le droit de savoir comment il faut penser et s’exprimer. C’est con comme l’omerta, le silence et la bonne pensée sont toujours à l’origine du laissé faire des pires maux.

                J’ai adoré ce cigare – Merci Eric, il est encore probablement meilleur parce qu’offert et c’est là rasasié, comme si je l’avais fumé en compagnie d’un mec que j’apprécie qu’il m’adoucit.

                Là à priori on est plus qu’entre couilles et j’espére que vous avez bien rigolé. Ou qu’à défaut vous vous êtes bardés. (Vraiment le sud….)

Pour la note optimiste et non vindicative ; Ludo ; Eric ; vous êtes deux mecs qui êtes venu me dire que vous aimiez ce blog, et ça m’a touché. Déjà parce que vous êtes des mecs de qualité, d’une simplicité agréable et de bon goût. J’ai été ému de me faire offrir ce Vega Robaina et ce Ramon Allones 8-9-8 (your ass is mine bitch). Je  n’ai pas su quoi dire, ce qui est signe d’émotion chez moi. Merci pour la rencontre, merci pour les encouragements.