Rocky Patel

Rocky Patel – The Edge, le retour et le fumoir magique

Si un terroir m’a surpris grâce à un cigare, c’est le honduras, avec le The Edge de Rocky Patel. Un nom de cigare particulier, pour une marque un peu américanisante qui s’est révélé être un excellent cigare léger, fabuleux pour le matin ou le brunch avec des saveurs basées sur l’amande, simple et efficace.

Généralement, je me procure ces vitoles chez Art Tabac, place de Catalogne à Paris, établissement de Cyril Pelletier, qui est aussi créateur de la marque Pitbull. 

J’aime dans cette civette la simplicité et la qualité de l’accueil, ainsi que la qualité des cigares. Contrairement à la plupart des civettes parisiennes, un peu guindées et en dehors de certains jeunes vendeurs agréables comme c’est le cas en ce moment au Drugstore le soir grâce à Al, l’ambiance Art Tabac est simple, agréable, sans chichi et pas obligatoirement pro-cubaine. On y trouve des trésors (ERDM Tainos , Trinidad Ingenios, Gigantes à l’unité), mais on trouve surtout une vraie diversité et du conseil.

N’étant pas de nature mondaine, voir pour certaines personnes au bord de la sociopathie (j’abhorre les foules, le bruit et le bling), j’ai profité d’un moment de faible affluence (milieu d’après-midi un lundi) pour m’essayer au fumoir. 

Le taulier sympa m’a rangé tous mes achats dans une boite, m’a tout posé dans le fumoir, donné à boire. Il m’a montré le dock Ipod, m’a dit de changer et de mettre ce que je voulais si ça me chante. Et que oui ça me chante, l’endroit vaut un Charles Lloyd, All my relations. Un bel album Jazz qui colle bien à l’ambiance feutrée de la pièce. l’endroit fait chaleureux, il y a un coupe choux à disposition et des allumettes. 

Et les fauteuils : Des canapés chesterfield parfaits. Confortablement vautré, la veste tombée, j’ai passé une petite heure à déguster un The Edge, en sirotant une boisson fraiche et en lisant, le tout bercé par une musique que j’ai choisi. Cherry on the cake, l’extracteur de fumée est très fonctionnel et bien que la pièce soit de petite dimension, je suis ressorti sans même sentir le tabac. Et ça c’est très appréciable.

Alors pour le coup quelques photos,

IMG_0444[1]IMG_0445[1]IMG_0447[1]

Et en spéciale, votre hôte en pleine démonstration de ‘tchou tchou’ (les fans d’expressions boutchoulistiques me comprendront)

IMG_0440[1]

Bref un bel endroit que je recommande chaudement et où je ne manquerai pas de trainer des potes / potesses.

@+

Rocky Patel – The Edge

J’ai découvert ce cigare par hasard en essayant de m’initier à de nouveaux terroirs. Depuis très longtemps, j’étais uniquement orienté sur les cubains et les dominicains – et sur ces derniers, probablement parce que c’est ma marque « initiatrice » les Arturo Fuente.

C’est donc en un beau jour de mars qu’en franchissant la porte d’une bonne civette j’ai trouvé ce Edge, un robusto, terroir honduras, qui tient d’ailleurs plus du corona gorda que du robusto. Il me fut conseillé comme un cigare léger, du matin.

Rocky Patel The Edge

Comme vous pouvez le voir, c’est un cigare élégant, une jolie cape, très régulier, un beau gras. La baque fixée sur le pied est originale, et visuellement, je trouve ce cigare très réussi. La belle affaire dirons les amateurs ! Que vaut-il en tant que cigare ?

A cru tout d’abord, il dégage une odeur sucrée, gourmande, au toucher, il est ferme et semble bien rempli. J’ai utilisé une double lâme pour le décapiter et j’allume tous mes cigares à froid à la torche.

Le démarrage est déroutant de douceur et d’amande, légérement épicé. Le tirage est juste, le volume de fumée est appréciable, et le cigare est d’une douceur rare. C’est marquant et gourmand. Le premier tiers de ce cigare est un bonbon à l’amande, une peite pate d’amande faite cigare. Le second tiers offre un gain de puissance, très relatif, mais cependant agréable, Avec la puissance, l’amande toujours présente prend de l’amertume, ce qui n’est pas pour me déplaire. Attention, on demeure dans le très léger. Le dernier tiers devient plus poivré et terreux, tout en restant très agréable et jamais agressif.

Au final, c’est une belle découverte du terroir hondurien, c’est aussi une belle découverte de Rocky Patel. Un cigare  effectivement du matin, qui peut décevoir les amateurs de cigares puissants, et qui est quand même linéaire. Le registre de saveur reste simple (principalement amande et un peu d’épices) , mais pour moi efficace.

Du début à la fin, un tirage excellent et une combustion réguliére. Attention cependant à fumer plutôt lentement, la surchauffe arrive vite.

Comme vous l’avez compris, j’ai aimé, et ceux avec qui je l’ai partagé aussi. Amateurs de Quai d’orsay, ou de hoyo, peut être une expérience à tenter ici.

Notons aussi que son prix est des plus raisonnables pour la qualité de fabrication.