El Rey Del Mundo – Petit Campania

images
El Rey del Mundo est une marque particuliére, capable de produire des cigares remarquables – le Tainos, et qui présente une palette végétale et torréfiée souvent fine et des vitoles souvent équilibrées, douces et très aromatiques.

Ce petit campania m’a séduit déjà par le module, un petit pyramide bien qu’il fasse partie des ER/EL qui bien souvent tiennent plus du marketing que du cigare d’exception.

Otée le côté Edition Regionale, le cigare est beau, avec une belle cape chocolat grasse, qui sent bon le cuir. Le toucher est souple.

A cru, il est légérement boisé / végétal et annonce un tirage très correct.

Le démarrage ….Me fait penser à un La Gloria Cubana  : doux, pas asséchant, très végétal. Après quelques belles bouffées, j’ai le plaisir de constater qu’il a un excellent tirage, avec un bon volume de mache très agréable. La fumée n’est pas du tout asséchante, et les arômes se précisent. boisés, végétaux, et une pointe légérement sucrée sur la fin.

Le cigare est un peu complexe à fumer car il n’aime pas la vitesse, il chauffe relativement facilement. Le second tiers s’annonce comme une bonheur, avec des note torréfiées qui apparaissent, quasiment caramelisé. Pour un petit module, c’est une belle évolution. Et malgrè la légéreté, la cendre est compacte, de bonne tenue, la combustion sans faille.

J’aime le fait qu’il reste doux. C’est même quelque chose que j’apprécie dans un cigare : sa capacité à être très savoureux, sans pour autant être une débauche de puissance.

Mais c’est la fin du sceond tiers qui sera la plus surprenante. Une superbe évolution, qui améne un torréfié soutenu et quasiment des notes de réglisse – Et c’est délicieux ! Un brûle doigt en somme. Je vais le finir avec plaisir, sans ennui, avec peut être le seul reproche qu je pourrais lui faire : il est trop court.

C’est un beau et bon cigare que signe El Rey Del Mundo, et que je vous encourage à découvrir cette année.

Partagas – Serie D EL 2010

partagas_ltd_2010
Visuellement très beau, chaque exemplaire de la boîte est quasiment oscuro, gras, avec des bagues légérement vieillies – même si elle occupe un espace un peu trop important.

Au nez, c’est un cuir franc, viril, avec un toucher un peu souple, bien rempli, et une cape soyeuse. Le tirage, ouvert à l’emporte piéce s’annonce juste correct – un peu comme d’habitude sur un partagas j’ai envie de dire et à cru il me fait penser à un 8-9-8 varnished.

Ce module Especial me semble un peu coincé entre le 8-9-8 et le D4 d’ailleurs. L’allumage donne des notes très fines, très douces, dans un registre typique Partagas : sous bois, légérement fongique, oléagineux. Le mélange est très agréable, et dégage de bons arômes, sans agresser. Au bout de quelques centimétres, il rappelle son nom : Partagas. La puissance devient plus soutenue, avec l’apparition de notes poivrées, mais sans perdre en complexité.

Vers la moitié, un peu d’amertume arrive, vite supprimée par un dégazage, et le cigare ronronne dans le cuir et le torréfié, avec une belle longueur, quoi que la mache manque un peu, avec un tirage un peu trop serré à mon goût.

Voilà en tous les cas un beau et bon ciagre, que je vais laisser probablement maturer encore quelques mois avant d’y revenir. En tous points meilleur de le E2, c’est un espèce de brutasse D4 qui parfois se transgenre en 8-9-8.

Un autre question différente pour moi est son « rang » d’EL…Je sais que c’est à la mode, je sais que le marketing de la globalisation du cigare est en route, mais je ne lui trouve rien d’exceptionnel, pour moi il tient le rang d’un bon cigare de production normale et je trouve anormal que sur des cigares vendu comme étant le haut du panier, on soit confronté à des problèmes de tirage.

Le amateurs de partagas y trouveront leur compte probablement, mais sans vraiment plus de plaisir qu’un 8-9-8 et sans avoir l’impression de fumer du « neuf » chez Partagas.

Un demi-succès pour moi.