Cuaba – Pyramides Edition Limité 2008

images
J’avais fumé ce cigare lors d’une soirée d’un club au drugstore, sous la pluie accompagné d’un cognac.
Ila pluie, le froid, le bruit et la surhumidifcation….Il ne m’avait pas laissé un souvenir impérissable.
En même temps, ce n’est pas parce que la première fois qu’on touche une fille le chauffage est en panne, le voisin a mis la musique à fonds et le lit s’écroule qu’il faut accabler la pauvre d’être encore trop humide.
Je lui ai donc laissé une seconde chance – au cigare car finalemment Cuaba rejoins les Gloria Cubana, San Cristobal, ou encoe Vega Robaina : des marques de qualité dont on parle très (trop?) peu.

En retrouvant Emmanuel au drugstore, j’ai retenté en prenant une dizaine d’exemplaires fumés en sa compagnie sur la terrasse du drugstore, puisqu’il faisait beau et que nous n’avons pas grand chose à faire avant de partir au Cubana – Dieu que la vie est difficile…

J’en ai refumé plusieur depuis, tous relativement égaux en qualité de fabrication, combustion et saveur. Seul un exemplaire avait un tirage légérement serré et moins bon. Le remplissage est correct, le cigare est légérement souple, avec un côté rêche, du à la cape qui semble agée et très sombre.

J’ai fumé le dernier ce-jour de haute lutte avec un ennemi séculaire anglais qui me beuglait dans les oreilles de l’éteindre jusqu’à ce que je lui dise fuck off lui propose de l’initier.

Et enfin j’ai compris ce cigare. Tout comme j’apprécie la marque, bien que décriée pour la qualité souvent médiocre des boites, ce cigare est un cuaba en bonne et due forme :
il démarre viril sur des arômes de bois précieux et du torréfié, avec un côté bien plus rustique qu’ à l’habitude, un côté vieilli, légérement poussiéreux.

Je trouve le premier tiers assez affirmé, présent et avec une belle puissance ce qui est agréable mais ne le rend pas passe partout.
L’évolution des arômes se fait principalement dans du torréfié sur le second tiers, qui a du muscle.
Le dernier tiers est du lourd, de la bestiole, du poivre, du cuir, et je finis très rasasié par ce cigare.

L’analogie n’est pas forcémment heureuse mais il fait penser à un Camacho roulé à Cuba avec du tabac capable de délivrer autre chose que du poivre et de la terre.

Bref, un beau et bon module, racé, avec une personnalité, que je trouve un peu cher en comparaison d’autres pyramides.

Je suis désolé, mais je retourne au cata. La biz, et bonnes vacances !

Réagissez

Nom et adresse email obligatoires. Votre adresse email ne sera pas publiée.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

You may use these HTML tags et attributs:

<a href="" title="" rel=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <pre> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 

%d blogueurs aiment cette page :