Montecristo – N°4

Trouvé ce petit bout dans une civette locale (en même temps à 25% et 65% d’humidité tout est un humidor) j’ai trouvé un petacas de 5 montecristo n°4. Je voulais essayer un truc et je vous passe le test du cigare local des canaries (c’est simplement dégueulasse, et certains ont un plus grand talent que le mien pour être lapidaire sur des cigares).

Je me suis rendu compte qu’en une dizaine d’années de fuma, je n’avais que très rarement essayé ce cigare qui ne m’avait jamais séduit plus que ça. Quelques boites et cigares m’ont réconcilié cette année avec la marque Montecristo et donc j’ai laissé sa chance à ce marevas.

De prime abord, ils sont tous bien faits, corrects mais sans plus, ce n’est pas le plus cigare que j’ai vu, c’est simplement propre. Correctement rempli, une jolie cape chocolat et une odeur marquée d’animal. La cape est légèrement grasse, ce qui rend le cigare appétissant et bien gaulé.

A cru il laisse l’impression de ses frangins de portée, légèrement boisé et fongique. Un coup de toaster et voilà ! Un bon petit corona, sans prétention, avec des saveurs simples essentiellement boisées et végétales, et un petit coup de kick par rapport au modules plus importants de la gamme. Sa simplicité n’est pas sans qualités, il propose notamment des arômes fins et une force agréable.

Ce n’est pas le cubain de l’année, et l’évolution est nulle si ce n’est un torréfié crescendo ou fur et à mesure de la combustion qui se déroule sans accroc.

Parfait comme cigare d’apéro, de barbecue, il n’est pas particulièrement rassasiant ni exigeant sur l’attention. Il se fume facilement, chichement et sans prise de tête.

Un cigare de plagiste accompli, qui mérite un peu d’eau avec un dernier tiers un peu asséchant.

La combine à Volutes

Il est préférable de choisir un endroit surpeuplé d’anglaises et d’allemandes se goinfrant de junk food et de pintes de bière, on a alors l’esprit bien plus occupé par le cigare et on cherche à tout pris d’éviter de croiser les fauteuils de Nikki de Saint Phalle en bikini qui se dandinent du transat à la pompe à biére. Veillez cependant à ne pas être derrière quand elles sautent dans la piscine – mécaniquement, personne ne les jette.

Réagissez

Nom et adresse email obligatoires. Votre adresse email ne sera pas publiée.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

You may use these HTML tags et attributs:

<a href="" title="" rel=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <pre> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 

%d blogueurs aiment cette page :