Quai d’Orsay – Embajador

embajadores

Au délà du cigare en lui même, acheter cet Embajador est vraiment pour moi une expérience et à plusieurs titres :

– depuis quelques temps, nous sommes (et nous, ce sont les fumeurs de cigares, pas les tycoons en mal de reconnaissance sociale, pas les frimeurs en souffrance et tout ce pan marginal du cigare qui produit 99,9% de la mauvaise image du cigare en général) entrés dans une logique commerciale bizarre où « on » nous créé des Editions Régionales et Editions Limitées, parfois sans intérêt, aux prix franchement surévalués. L’interêt semble être davantage de ‘financiariser’ le cigare, et de faire du trading de vitoles ‘rares’ et ‘vintage’, ce qui me semble être le strict opposé moral et comportemental des fumeurs de cigares que je connais. Je trouvais déjà litigieux certains prix (comme BHK par exemple) où ça devient franchement ridicule de voir un produit cubain (avec ce que l’on connait des opinions politiques) vendu exclusivement à des élites financiéres du globe, mais là c’est limite de la création d’inflation à la demande.

– depuis quelques temps, le cigare devient comme tout produit que l’on vend comme un produit luxe un objet de satisfecit immédiat, et donc on le fume vite. C’est là qu’interviennent des cigares insignifiants que je nomme les Short Machins, où beaucoup essayent de trouver trois tiers, mais qui sont en réalité des cigares sushis. Si un débutant devait me demander comment aborder le cigare, je lui dirai déjà qu’il doit trouver le temps, et quoi qu’on en dise ou pense, commencer petit n’est pas le meilleur moyen de découvrir ce merveilleux univers. 
Le petit cigare est très rarement exceptionnel, souvent il chauffe, souvent la puissance est mal contrôlée ou écrasante et on en ressort au bout de 30 minutes avec un rapport tabac / saveur très disproportionné.

Quand le mélange, où la féé marketing se pense sur le berceau du short machin, on devine ce qu’il arrive souvent, nous découvrons Talleyrand fait cigare. c’est cher, c’est souvent bien présenté, c’est petit et c’est décevant au fumage.

Car c’est aussi ça le truc énervant : ils sont affreusement chers.

Bref, ce robusto (pas si petit que ça, ouf), qu’en est-il ? 
Soyons honnête, il n’est pas mauvais. C’est un quai d’orsay, et je pense du bien d’avoir des gammes comme cellle là ou Hoyo qui propose des cigares doux, plus appropriés à certains moments.

Il est dans la lignée Quai d’Orsay, brioché, rond, boisé, doux, et il est agréable à fumer. C’est un petit imperiales en quelques sorte. C’est donc un Quai d’Orsay banal. Mouai, à 12 € 90 piéce. C’est très cher. Je dirai même plus : c’est du vol. Un demi imperiales presqu’au prix du vrai; on est à 4€ du Lusithanias, ou du Sir Winston.

Dans l’expérience, je l’ai fumé en préparant un apéro dinatoire, en sirotant une moresque, et franchement, rien de fabuleux. Comme je l’ai dit plus haut, c’est un Quai d’Orsay sans rien de particulier.

Quand je lis : « Cette édition limitée est l’aboutissement d’un travail de plusieurs années avec Habanos »  par Antoine Bathie (directeur cigares premium d’Imperial Tobacco). J’ai envie de lui dire :

– Soit Imperial Tobacco et Habanos ont de sévéres problèmes de productivité ou sont remplis de gens dénués de talent
– Soit, tu nous prends nous fumeur véritablement pour des cons, voir pire, tu nous ignores, au profit de l’économie cigaristique. Tu vends hors de prix des produits pas terribles à des gens qui n’y comprennent rien, mais qui achéterons une boite numérotée, qui vaudra de l’argent demain (et plus, que le cigare aussi se décomplexe, et inventon le multi trading facility du cigare bordel, il doit bien y avoir un marché encore juteux quelque part dans le monde pour s’en foutre plein les fouilles avec la paresse intellectuelle de faire des produits pas terribles mais vendable, bref d’être médiocre mais avec des billets dans les poches.)

Enfin synthétiquement, cher Antoine, comme tu semble être persuadé que nous allons gober cett odieuse sentence qui ressemble plus à une éjaculation du cervelet d’un consultant en communication qu’à l’esprit passionnel et entrepreneurial d’un Cyril Pelletier ou d’un Didier Houvenaghel : Et mon cul c’est du poulet ???????

L’embajador est une arnaque cigaristique. Imaginons que je prenne du coca, que je le mette dans des bouteilles améliorées d’une bague « édition locale » d’une contenance 50% inférieure, pour un prix équivalent en disant que le nombre de bouteilles est limité. Et voilà la nouvelle recette destinée au marché Français. A croire que BHL s’est reconvertit en consultant marketing…. A défaut, l’embajador peut servir de plug biais à la découverte de nouvelles sensations.

Pour rester dans l’esprit de la clientéle de ces produits et dans l’esprit de franche camaraderie cigaristique qui semble animer les « créateurs » de ces ignominies, reco négative, et moi je shorte.

Réagissez

Nom et adresse email obligatoires. Votre adresse email ne sera pas publiée.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

You may use these HTML tags et attributs:

<a href="" title="" rel=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <pre> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 

%d blogueurs aiment cette page :