Ramon Allones – Gigantes (et les trois conditions du plaisir)

ramon_allones_gigantes
Hier soir, j’ai fait quelqlue chose d’assez inhabituel dans ma nature, je me suis rendu à une réunion d’amateurs de cigares, dite « QMMS » ou qui m’aime me suive, où j’ai fumé avec de parfaits inconnus, au demeurant très sympathiques dans un fumoir parisien.

Au cours de cette rencontre, un des ex-inconnus a pointé la complexité qu’est la description du plaisir du cigare. Est-ce le plaisir esthéte de fumer des grands (et pas en version size matters)  cigares, ou le plaisir de découvrir au risque de se tromper, est-ce un plaisir contextuel ou exclusif au cigare ?Est-il besoin d’avoir une grande science du cigare pour pouvoir analyser le cigare ou faut-il juste fumer et Enjoy !

Pourtant ce sor, j’ai décidé de m’offrir une piéce, un grand maitre du cigare. Le Ramon Allones Gigantes. Confortablement installé dans un fauteuil en terrasse, mais pas seul ! 
Dans ce moment, j’ai choisi de chausser mes précieux intra-auriculaires et de m’envoyer un live Pink Floyd dans les caves à miel

http://www.dailymotion.com/video/x284yf_pink-floyd-live-8-comfortably-numb_music

Et j’ai aussi choisi de me servir un rhum que j’affectionne, et découvert grace à l’excellent caviste de Saint Maur, les caves de la mairie, maison petitgas : the Arcane 12 ans, Extra Aroma. Une bombe de rhum de mèlasse, moelleuse, sucré, un nez de fruits confits et d’épices, gras et ce qui ne gâche rien, une superbe teinte.

the_arcane

C’est ainsi que j’ai abordé cette belle vitole. Complétement détendu, et dans un moment de plaisir purement égoîste. Autant dire qu’à ce moment précis, une vitole bouchée, c’était la tâche.

J’ai donc attrapé mon précieux et j’ai senti de la terre, du suint, elle est souple, soyeuse, magistralement roulée. Mon précieux est magnifique, et il fait envie. A cru, c’est de la terre, du cacao et ça me semble végétal. MIAM ! Vite décapité et allumé, les première volutes s’échappent sur In The Flesh, et c’est une douceur, quasi parfaite entre la douceur de l’éxtérieur, le tombé de la journée, le rythme de la musique et les arômes. Une saveur fine, élégante, épicée, végétale, légére et complexe. Le tirage est parfait, le volume de fumée est excellent, une fumée légére et onctueuse Les saveurs de fruits confits du rhum provoquent une alchimie fabuleuse.Sur ce premier tiers passent The Wall, Mother et je me laisser bercer,  Le premiers tiers est étonnant de finesse, et de régularité. La combustion se fait lentement, sans heurts. Le cigare pose son rythme..

Progressivement, il prend plus de corps, la longueur devient fantastique, la fumée semble quasi précieuse et l’évoluton vers le second tiers s’opère sagement. L’arôme s’intensifie, mais reste fin, le végétal est profond,  sans être dans le vert, des arômes torréfiés s’installent et en fin il laisse une impression d’amande amére. Ce qui ne gâche rien, la cendre est compacte et de belle tenue. Il est aussi plaisant à fumer qu’à voir évoluer.La contemplation s’est installée, je prends le plus grand plaisir à regarder les volutes s’élever vers le ciel pendant que mon esprit cherche à décrypter la saveur.

Le second tiers est une promenade de l’esprit. Quoi que certains pourraient le trouver ,peut être insuffisamment évolutif, il offre une rigueur et une finesse qui m’impressionne. Une saveur typée, une lognueur exceptionnelle. Minute ! Je suis en train de déclarer ma flamme à un cigare.
Oui, tu m’impressionnes « petit » Gigantes.L’alliance avec le rhum apporte une touche sucrée non intrusive, un beau mariage. Je me suis rendu compte que je fumais plus vite, quasi par gourmandise.

Les notes terreuses devenant plus présentes, je comprend que le divin est en train de préparer l’entrée du purin – non peu gracieux d’un moment qui me réjouis déjà. L’empyreumatique se fait plus présent, et c’est délicieux. J’identifie le mélange des notes végétales et terreuses comme une espèce de menthe poivrée très douce,

J’ai fumé cette piéce à m’en bruler les doigts, rassasiante, et j’ai pu rester là à profiter de moment de plénitude que l’on ressent à la fin d’un grand cigare, repu.

Je ne sais toujours pas dire ce qu’est précisemment le plaisir, mais je peux maintenant dire que je suis clairement capable d’identifier un instant de plaisir. J’ai passé un agréable moment, égoiste, proche de l’autisme, Un fier représentant de la suprématie du havane, ces saveurs mystifiantes, raffinées.

Un seigneur de la havane, aux côtés du Lusitanias, du Tainos, du R&J Churchill et du Hoyo Double Corona.

 » Le cigare engourdit le chagrin et remplit les heures solitaires d’un million de choses agréables. » – Georges Sand.

Réagissez

Nom et adresse email obligatoires. Votre adresse email ne sera pas publiée.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

You may use these HTML tags et attributs:

<a href="" title="" rel=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <pre> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 

%d blogueurs aiment cette page :