La Grande Révision des classiques

A l’occasion d’une revanche contre l’équipe chatons au comptoir du cigare, j’en ai au final profité par réviser mes grands classiques.

Outre l’occasion de passer un moment sympa, c’était l’occasion de déquiller quelques flacons en bonne compagnie en faisant de la fumée.

En outre, strasbourg est une ville vraiment mignonne, où je trouve on se sent bien. Il y a encore ces vieilles bonnes habitudes provinciale (dire bonjour et s’excuser quand on bouscoule, bref des trucs has been) et un charmant accent qui ferait presque oublier le temps de merde.

C’est là me pintant à la bière blanche, que j’ai fumé mon Secretos Por Larannaga en terrasse, sans casse burne venant s’indigner en gloussant comme un dindon ou justement faire son oeuvre. De toutes façons mon voisin avait l’air attaqué et d’avoir occupé la chaise suffisamment longtemps pour en être devenu un symbiote. C’est amusant de se dire que ce petit moment de liberté ce passe dans un lieu dit la ‘petite France’.

C’est bon les Por Larannaga. J’aime bien ce côté pain d’épice, miellé, en restant un peu rustique. Et avec une biére blanche, ça passe particulièrement bien.

Mon sac intrigue beaucoup les gens. C’est certain qu’un mec qui se promène avec des bouteilles et des verres à vin, tout de suite, ça pose des questions. C’est le moment où mon vitologiste entre en scéne, et on passe un peu de temps à deviser gentiment, quand il me propose de poser mon fatras, et d’aller visiter un caviste.

Héhé —- Un beau caviste au bord de l’eau, un vieux magasin avec des bouteilles en bordel. Bienvenue chez Jouet Club ! On est pas là pour déconner non plus – je lui explique mon cas : je ne connais rien aux vins alsaciens. Qu’à cela ne tienne, il me fait goûter un ouvert….Rhaaaaa…..Putain ! Encore une saloperie de vin bio sans soufre.

Ca y est le barbarisme est sorti : des vins natures.
La nature c’est beau, mais c’est pas pour autant que je vais arrêter de prendre des douches et me couper les cheveux et me ballader à poil. – Encore que je pourrais éblouir le paradis de mon anatomie.

J’ai toujours trouvé ça con cet argumentaire à moitié hippy et à moitié bobo sur l’importance de la nature. Facile à dire en plein centre ville. Je voudrais bien les voir tous vivre nature et se peler les burnes avec leurs fantasmes alternatifs en tête. Faire du vin, c’est un procédé qui n’est pas naturel, c’est une invention. Les fermentations, les durées, le filtrage. Ok pour ne pas coller le vin, encore, mais ne pas stabiliser la fermentation c’est comme mettre potentiellement et littéralement de la merde en bouteille. Ok pour les légumes, mais bordel, pour le pif !

Forcément, le nez, ça sent la matiére en décomposition et bingo je goûte, il y a des notes oxydatives. L’enfoiré !.

Ce que j’aime dans le vin, c’est que c’est simple à décrire : la robe, la jambe, le nez, la longueur. C’est facile.
Et il y a des mecs, ils en parlent en inventant des concepts, genre l’horizontalité et la verticalité du vin. Un mélange de philo et de commercial pas très compréhensible. Ok le concept se comprend…Mais c’est plus simple de dire : sans oxygéne, le vin est fermé.
C’est peut être aussi une façon plus intelligente de dire ‘le vin est fermé actuellement et à moins de le carafer 2:00, rien à espérer’. Je ne sais pas.

M’enfin, il me dit qu’il trouve ce vin super. Là j’ai des doutes. et mon palais aussi…Mais bon, comme je dis, je ne connais pas les vins alsaciens et je ne vais pas acheter parce que l’étiquette est jolie. Je me promène, aussi, Morgeat, Pacalet, je belles choses en blanc et en Rhône. Pas mal, mais drôles de goûts quand même…Et un peu de soufre, surtout pour faire un grand blanc, ça ne nuit pas.

Retour au comptoir pour boire un coup avec la taulier, et attaquer les quilles. On va se lancer un petit bourgogne blanc, facile et simple. Le vitologiste me sort un Epicure n°2 de 2006 (de toutes façons il me corrigera).

Et là, je me rends compte que souvent, à force de chercher toujours à fumer des choses nouvelles, on oublie de revenir aux classiques. Parce qu’il est bon voir très bon. Ca fait longtemps que je n’avais pas senti ces arômes patissiers, boisés et cette légére sucrosité typique. Sur le blanc, c’est yummi. Même chaton 2 trouve ça bon ! C’est pour dire !

Je m’attendais à un SLB à conquérir, et rien. Le salopard ! Il n’en a plus ! Ca c’est criminel. Tu donnes un bon cigare à un fumeur, il se régale, et tu lui dis ‘j’en ai plus’. C’est quasiment l’équivalence commerciale du ‘dans ton cul’. En plus je déteste la frustration.

Même sur la Côte Rotie (Vidal Fleury 2007) et pire sur l’Hermitage (Chapelle de Jaboulet 1996) l’Epicure tient. Je dirais même plus il ronoronne. C’est un bon pépére, un cigare agréable. Et accompagné de la team chatons, du vitologiste et de Gilles, je dirais même que le moment mérite un très bien +.:-p

Le lendemain, après un réveil super tardif, et un déjeuner très agréable (La table de Louise, notez dans vos tablettes, c’est très bon!) ou j’ai enfin pu tester un pinot rouge Alsacien, et maintenant que je sais que je ne recommencerai plus, j’ai fumé un Diplomatico N°3.
Non seulement en me promenant, mais sur une terrasse accompagné d’un cappucino. Là encore, marque pas hype (c’est pas du 6 feuilles), voir meurtrie et maltraitée loin des bagues clinquantes.
Et c’est juste bon. C’est un cigare un peu old school, basé sur un boisé léger, de l’humus, qui évolue gentiment et fait office de super compagnon d’après déjeuner. Ce cigare est d’une sobriété agréable, pas comme son fumeur.

L’après midi sera un SIglo IV.
Oui. Encore un grand classique, en discutant avec Gilles, le taulier du comptoir. C’est crémeux, épicé, c’est riche, et c’est un beau module.
Et je tiens cette discussion avec Gilles, sur les classiques que l’on oublie de fumer.

Bizarrement, ça colle à mon mode de fonctionnement. J’aime le changement, la nouveauté. La routine m’ennuie. L’ennui me déprime. Et finalement, j’en ai fait un mode de vie. Voilà pourquoi je ne réseaute pas, ou pourquoi je ne suis pas à la mode : tout ça dur trop longtemps, je me lasse et je m’ennui.  Et dans le cigare, j’oublie souvent ces petites valeurs refuges, et je trouve qu’il y a une vraie école d’humilité dans ce concept.
.
On peut toujours se secouer la nouille pour connaitre le dernier des derniers sorti, fumer le cigare produit à 13 exemplaires, ou fumer des sha beats ésotériques, les cigares qui m’ont le plus ému récemment sont des productions de masse,ce bordel de Belicoso stratosphérique, et l’Epicure N°2. Et pourtant souvent, je me retrouve à dire ‘déjà fumé’, en recherche constante de la nouveauté.

Voilà le conseil avisé du jour au jeunes fumeurs : ne boudez pas vos classiques. C’est vrai que c’est un raisonnement un peu bizarre pour une passion : le mainstream, c’est pas exactement la définition du bonheur pour le passionné. On cherche le cigare particulier, celui qui nous envoie en l’air – moi je le connais c’est le Maravilla.

Et ne jamais négliger que la production n’est pas homogène : tous les Epicures 2 ne sont pas similaires. Il faut insister pour connaitre un cigare.

Sur ce,
La bise et happy bitch slapping et vive l’alsace
La prochaine fois, on fait sa teuf au havanoscope.

Un commentaire

Un épisode II tout aussi bien voire mieux que le premier. On en redemande ! Vivement le III, chez les Maur, chez Hansi ou chez Zino, y’a hâte.

Prochain classique, Hoyo Churchill 2000

La bise

J'aime

Réagissez

Nom et adresse email obligatoires. Votre adresse email ne sera pas publiée.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

You may use these HTML tags et attributs:

<a href="" title="" rel=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <pre> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 

%d blogueurs aiment cette page :