R&J – Roméo N°3 Tubos, et la shortification

romeo-n3-tubo
Pousse au vice notoire, le fait d’avoir proche de soi un fumeur de cigare qui aime aussi la parlotte.

C’est ainsi que fréquentant depuis quelques mois les pavés à milf que sont les champs dans cette bonne vieille Paris, il se peut que je passe débaucher l’ami Emmanuel pour shortifier après une dure journée de labeur. Ce néologisme, issu du premier consumé de la sorte, décrit simplement le fait de s’en glisser un petit dans le buffet en papotant, le tout en profitant de la terrasse du bar – restaurant situé juste après le drugstore qui faute de nous faire houspiller par les clients nous a semblé être « cigar friendly ».

Pour Shortifier ce soir là, Emmanuel a choisi des roméo N°3 Tubos. Je n’ai rien contre, vu que je ne connais foutrement rien à tous ces petits modules. Mais je fais confiance au nouvel homme de l’art. Après avoir écumé quelques tubes, nous en trouvons deux sympas. J’avoue que je trouve toujours ces petits modules d’apparence frustrante.

Après avoir essuyé une peu de germaniité (pour ceux qui ne suivent pas, c’est une étape – bien que désagréable – obligatoire à une shortification) nous prenons la direction de la sortie, on trouve deux chaises, deux coupes de champagne rosé et on s’attaque aux petits roméo.

De prime abord, je dois qu’au nez, on reconnait immédiatement la patte R&J. Boisé, poivré, légèrement suave. Je suis assez surpris des arômes de ce petit gars. Ca me semble plus prometteur que le short, et l’allumage confirme. C’est pas le grand cigare dont on va éjaculer des lignes entières de jouissance olfactive, mais par consensus, pour une soirée, une coupe et une discussion entre copain, il est franchement honnête. Pas excessif de puissance (bien vu la taille), un peu de rondeur, du goût.

Ca calmera pas les grosses faims, ça mettra eventuellement en appêtit. En tous les cas, on fume du roméo, ça envoie un boisé poivré tout du long, le combusation fut nickel chrome, le tirage juste et les arômes présents. Le tout a un prix très léger. J’y reviendrai avec plaisir un de ces quatres. Et la combinaison avec un Taittinger Rosé était bien belle.

Un commentaire

La « Germainité » : juste loooooool !!!
Et pourquoi pas le GAF (Germaine Accpetance Factor) 😀 ?!

J'aime

Réagissez

Nom et adresse email obligatoires. Votre adresse email ne sera pas publiée.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

You may use these HTML tags et attributs:

<a href="" title="" rel=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <pre> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 

%d blogueurs aiment cette page :