Romeo y Julieta – Exhibicion n°4

images
Pour cet instant pascal qui ne doit rien à la logique, je me suis attaqué à mon dernier Romeo y Julieta n°4. Un module très classique, un Hermosos 4, bref un vulgaire robusto, module sur lequel je ne viens plus régulièrement.

A mes débuts dans le métier, j’aimais beaucoup cette marque, et son monumental churchill et le désormais arrêté (comme tout bon cigare qui se respecte au marketing habanos) prince of wales.

Je trouve qu’il y a une signature Romeo y Julieta très marquée, par ce mélange en même temps très mellow et poivré, le temps a passé, quelques mauvais exemplaires, des déceptions et l’atrait de la nouveauté et ca y est ! J’avais abandonné l’exhibicion n°4.

J’y suis revenu récemment avec mon copain Pascal qui a pointé ce cigare en me disant plein d’une ferveur apropriée à cette période pascale, « Regarde, ça c’est bon, ça! ». J’ai du émetttre un mou « oui », et je m’étais retrouvé en plein Cubana à essayer de décrypter les arômes du cigare à 23:00 un vendredi soir. Bref, c’est un exercice qui présente la même intelligence et la même impossibilité que de proposer un orgasme par cuunilingus à une femme qui a une cystite.

Depuis, Romeo y Julieta s’est fendu (c’est peu de le dire) d’un odieux « petit churchill » (Là encore on sent que le marketing et la publicité n’ont jamais demandé de grande capacité en littérature et en rhétorique) qui ressemble à une production émasculée de churchill, mais qui devrait trouver sa place entre le « wide » et le « short ».  Chez habanos, on sent que le recrutement n’est pas non plus scientifique car distinguer, court et petit…Peut être qu’un stagiaire s’est essayé à un essai sur la relativité et l’absolu, ou alors qu’une psychose du vestiaire s’est installé dans l’équipe marketing. – Si vous n’aviez pas encore compris j’exécre les pubars encore plus que les économistes 🙂

Ce robusto et un module classique, pas exceptionnel, avec une cape qui donne une impression de vieux, un remplissage qui semble correct et un nez herbacé.

Les premières bouffées sont une signature R&J marquée (à mon opinion) : boisée, des touches épicées très légéres.

Le tirage est facile, trop, et c’est assez récurrent sur ce module au final.

C’est un cigare à fumer lentement, assez nonchalant, calé sur un registre de cédre, et suave. Quelques pointes fruitées apparaissent ça et là, avec un registre simple. Amateur de sensations fortes, passez votre chemin. C’est un pépére tranquillle, qui s’avére un excellent compagnong d’une journée ensoleillée

L’évolution se fait principalement sur du poivre, qui améne un peu de puissance, ce qui rend le cigare asséchant avec la combinaison du tirage, mais la douceur se marie bien avec un thé vert comme un sencha.

Il ronronne jusqu’à la fin, mais je m’ennuie un peu. Force est de constater qu’en vieillissant un fumeur de cigare cherche un peu de complexité arômatique, ou une évolution. Je ne peux dire que je le trouve mauvais, j’ai envie de dire ‘trop classique’.

Ce cigare est tout à fait approprié à une fuma de l’intstant, en discutant, en bouquinant, mais un peu chiant pour une dégustation à proprement parler.

Réagissez

Nom et adresse email obligatoires. Votre adresse email ne sera pas publiée.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

You may use these HTML tags et attributs:

<a href="" title="" rel=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <pre> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 

%d blogueurs aiment cette page :